Cameroun : les mangeoires des élections du 30 septembre

Depuis près d’un mois maintenant, je fréquente avec une étrange assiduité deux candidats aux  élections municipales et législatives du 30 septembre prochain. A 4 jours du démarrage de la campagne, leurs multiples actions sur le terrain m’ont conduit à m’intéresser de près à ces mangeoires silencieuses.

Les marabouts

Les tout puissants guides aux 8 yeux, éternels fauchés à qui les candidats reversent des centaines de mille pour « voir » le résultat et les actions à mener pour y parvenir.

Les associations

Les candidats adorent ces petites entités dont ils se rappellent l’existence tous les 4 ans et demi. Ils y chantent (à coups de chèques, de cash ou de canettes) leur souci des personnes (surtout de leur vote) et leur désintérêt attachement pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Ne leur parlez surtout pas des problèmes du quinquennat écoulé. « Les budgets étaient serrés, je vous promets, ça va changer ». Les associations d’hommes, de femmes, de jeunes, de poussins, de la ville, du village, de revendications inutiles, des vétérans d’un obscur sport n’ayant existé que dans l’imagination du créateur ont subitement vu le jour.

Les vendeurs de pagnes, du R !

Hier j’ai pu constater, à l’usure de mes baskets, la rareté du pagne du parti des flammes. A Laking, Cicam, ruptures de stock (toutes couleurs confondues) constatées. A Ecotex, celui de l’Organisation des femmes du R (OJRDPC) semble n’y avoir jamais séjourné.  A la place, on peut rentrer en possession du marron et du blanc à raison de 6 500 les 6 yards. Avec monnaie précise la tenancière. D’autres candidats prévenants auraient porté des tonnes pour offrir à leurs militants renchérir. D’ailleurs, le soir au moment de quémander ma part de la mangeoire reposer mes chevilles chez un des candidats, une dame arrive. Elle serait en possession du fameux pagne. Le 6 yards à 9 500. La moitié à 6 500f. Faites le ratio. Le candidat n’a pas eu le choix. Ça ferait mauvaise publicité qu’il ne soit pas paré aux couleurs le jour – J.

Copyrights www.fotocommunity.fr

Copyrights www.fotocommunity.fr

Les couturiers

Si on achète le pagne, c’est pour le porter. Passage obligé par la case couture. Les commandes ont déjà été passées. Du R en majorité, forcément. Lorsque j’ai interrogé la responsable du magasin sur le pourquoi de l’absence des pagnes des autres partis, elle m’a juste dit qu’ils « n’ont pas donné le quitus pour distribuer ». Ne soyez donc pas surpris que votre voisin couturier croule sous le poids des billets violets pagnes du R.

Les communicateurs

Les animateurs de circonstance, convertis en journaliste phare d’une feuille de choux sporadique et  importunément commerciale  jouent à « filou m’as-tu vu » avec des candidats. Déjeuners plus fréquents que la parution d’articles, actions de communication à destination du candidat d’une impressionnante rareté, frais de publication sur d’obscurs journaux étonnamment onéreux. Celui de mon candidat, n’a rédigé qu’UN article mal écrit structuré diffusé sur 4 supports médias différents depuis le 13 Août.

Les imprimeurs (professionnels ou non)

Tracts, plaquettes, tee-shirts, casquettes,… Qui pour les dossiers de presse, qui pour le programme des festivités (en cas de victoire). Au moins la « mami makala »  de mon quartier épargnera à mon organisme pendant quelques semaines les composés toxiques contenus dans l’emballage du sac de ciment.

Les maîtres d’hôtel

Le « 11e point » est sans aucun doute l’élément crucial dans toutes les manifestations au Cameroun. Il faut donc lui accorder une attention particulière. La plupart des hôtels et restaurants, en fonction de l’importance du candidat et du mandat brigué.

Ces multiples dépenses me rappellent une histoire que m’a récemment racontée une de mes aînées et amie. C’était en 2006, le jour du match Cameroun – Egypte comptant pour les éliminatoires du Mondial 2006. Un haut responsable du ministère des sports avait, compte tenu de la promesse faite par la centaine de marabouts consultés les semaines précédant le match, organisé des réceptions aux 4 coins de la capitale politique à la mesure de l’événement à célébrer. Vous savez le résultat et je vous laisse imaginer l’ambiance de la réception. Espérons que ce ne sera pas le cas pour les candidats qui rentrent officiellement en campagne dimanche prochain. Je ne dirai pas non au mangement en tout cas.

Shalom!

 

The following two tabs change content below.
Blogue sur tout ce qui anime ma plume

3 réflexions sur “Cameroun : les mangeoires des élections du 30 septembre

  1. Ah Gaëlle! Tu resumes vraiment une situation paternellement camerounaise. Au pays, c’est le moment, durant cette campagne électorale, de manger et de boire. Ce qui est ahurissant, c’est que les candidats le font devant un peuple qui oublie les dernières promesses non réalisées, très crédule! Si au moins ils mangeaient en refusant leurs voix! Que non! Billet juste!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *