Les USA ne sont pas un supermarché géant

Avant toute chose, mes ami(e)s, sachez que je vous aime. A un niveau insoupçonné par vous. Mais comme vous le savez, les récits littéraires sont inspirés par le quotidien de l’auteur. Et vous, vous faites partie du mien ;

De retour depuis une semaine de mon séjour à San Francisco, j’ai longtemps hésité sur ce qu’il fallait coucher sur la vierge page de Word. Ma vie de nécessiteuse à cause de mes bagages égarés (et toujours pas retrouvés) ? Mon séjour incroyable en compagnie de mon meilleur ami ? Les activités de la conférence à laquelle j’étais conviée? Mon frustrant contact avec le racisme au pays de la liberté ? Chacun de ces sujets ferait un sujet intéressant j’en suis certaine. Surtout le dernier. Malheureusement, je ne suis encore meurtrie. Et si ma paresse habituelle n’a pas le dessus sur moi, j’y reviendrai.

Une vue du Golden gate

Une vue du Golden gate

La raison de ce billet est tirée de mon ressenti après mes deux retours des États-Unis. Et je le redis, les USA NE SONT PAS UN SUPERMARCHÉ GÉANT !!!

Plantons le décor.

Acte 1.Décembre 2013. Destination USA. Etat : New-York. Ville : Manhattan.

Une vue de Manhattan

Une vue de Manhattan

Requêtes : « Je veux la photo de Beyoncé avec toi ». « Ramène moi le casque « Beat by Dre » ». « Fais un tour sur l’Empire State ». « Va voir la statue de la liberté ». « Ramène moi un iphone ». » Je veux la tablette Ipad ». « Ramasse seulement les Ipods qu’on trouve au sol là, tu viens donner pour moi ». « Pardon je veux toucher la neige ». « Garde moi l’Américain. Le gars avec qui je suis ici n’est qu’un test ».

Welcome to New-York

Welcome to New-York

Interdiction de rire.

Acte 2. Août 2014. Destination : Etats-Unis. Etat : Californie. Ville : Ukiah.

une vue d'Ukiah

une vue d’Ukiah

Requêtes: « Garde moi la photo du Golden Gate ». « Pardon achète moi la Goddasse du dernier mondial là ». « Tu peux me garder deux casquettes sans trous derrière et rien écris dessus? Tout noir et un tout blanc? » « Comme tu ne m’as rien gardé la dernière fois,je veux seulement l’Iphone qui va sortir là ».

Une vue de Lake City, Ukiah

Une vue de Lake City, Ukiah

Et les demandes ne sont pas satisfaites, tu es passible de crime amical. C’est-à-dire une bouderie infinie à laquelle j’ai fini par devenir insensible.

Il est donc de bon ton, j’estime, de procéder à des mises au point. Et mes dires n’engagent que MOI.

Primo, prendre l’avion ne veut dire aller « Shop-per ». Aussi nombreuses que soient les échoppes. On y va pour apprendre, partager nos expériences et essayer de ramener du positif. Pour l’émergence en 2035. Au Cameroun, on court après nos frères qui réussissent. Chez eux, ils courent après leurs rêves. Ils n’ont pas l’énergie pour attendre ce qu’ils n’ont pas mérité.

Secundo, l’avion n’est pas une armoire. Un billet d’avion, ca se paie (même si ce n’est pas vous). Et les kilos supplémentaires aussi. Malheureusement, je ne peux pas encore m’offrir ce luxe. Et quand je pense que même le simple timbre d’aéroport au Cameroun (dont j’ignore la pertinence) personne n’a encore payé,… Donc quand vous commandez là, ayez à l’esprit, surtout si l’on n’est pas très proche, que vous faites partie d’une liste et que ce sera à qui pourra.

Enseigne Century 21

Enseigne Century 21

Tertio, et c’est ce qu’il faudrait VRAIMENT retenir, c’est que les USA ne sont pas un gigantesque supermarché. Les USA, c’est un pays divisé en 50 états. Comme l’Afrique en compte 53. Donc potentiel USA (United States of Africa).

Autant 3h séparent le Cameroun de la Côte-d’Ivoire, autant 5h sépare Washington de Californie. Décalage horaire en prime. A Tunis comme à San Francisco, je suis certaine de compter les noirs qui marchent dans les rues.

Moi. A New-York

Moi. A New-York

A New-York, je peux trouver des marques. En Afrique du Sud également. A Ukiah, je trouve de bons articles à vil prix. Au Cameroun, seul Dieu sait ce qu’on nous sert dans les prêt-à-porter. Je ne peux pas voir le désert du Sahara depuis Douala ni admirer le Grand Canyon depuis le One world trade center.

Ukiah city

Ukiah city

Aux USA, il existe aussi des villes retirées, à des heures des grandes métropoles, des travaux (IMMENSES) à tout va. Ce qui fait la différence entre le Cameroun, Afrique en miniature (je le connais mieux) et les USA est à venir dans un billet.

Donc avant de demander quoi que ce soit, faites au moins l’effort de connaitre la vie de l’Etat dans lequel se rend votre pair. Et surtout, ne négligez AUCUN présent. Vous n’avez rien payé pour le mériter. A défaut, on en reparlera à votre propre retour. Un jour.

D’ici là, je ne m’excuse pas de n’avoir rien ramené.

Shalom!

The following two tabs change content below.
tjatbass
Je me prénomme Gaelle et je vis au Cameroun. Je suis passionnée par les métiers de la communication depuis ma tendre enfance. J’ai été formée au journalisme, à l’animation radio et TV. Aux écoles d’ici (Université de Douala) et d’ailleurs (RFI, BBC, Rue 89). Mon blog est constitué d’articles, de reportages, de chroniques, de tous les styles journalistiques en fait. Selon les humeurs et selon les sujets rencontrés sur mon chemin.

4 réflexions sur “Les USA ne sont pas un supermarché géant

  1. Ahahahahaha, trop drôle, et ces vraiment l’Africain… Même quand tu va seulemnt ici à douala, « Gardes-moi le Baton de Manioc de MBankomo, et les brochettes de poulets de Bounyebel »

  2. Et paf dans vos gueules !lol. J’aime bien le fait de dire tout haut ce qui frustre bien des voyageurs partant de chez nous. Ce n’est peut-être pas entièrement de leur faute aussi, les médias leur vendent un idéal auquel ils croient dur comme fer. La précision devait être faite. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *