Au pays des richesses, le travail est une denrée rare

Et voilà ! Encore une journée de beuverie au nom d’un jour férié qui ne prend son importance que dans les dérapages qui en sont issus. Au lendemain de la 127 édition de la fête du travail, rien n’a changé pour les travailleurs que je connais. Ils occupent toujours les mêmes postes, avec les mêmes galères. Est-ce que tout devait même changer du jour au lendemain?

Et comme toujours après une telle journée, je me pose la même question : A quoi servent les journées internationales au Cameroun ? Qu’en fait-on ? Quelles en sont les retombées ? Lire la suite