Au pays du m’as-tu vu, le deuil n’est pas en reste

En ce moment, c’est pire qu’une épidémie. Selon les sabitou* ce serait la période des hommes. Pas leur période féconde (je vous vois d’ici), juste leur moment de partir (à croire qu’il y en a pour chaque genre), bref ! Donc de tous les côtés, c’est décès. Le père ici, le frère là-bas, (condoléances mes amies), le tonton, même le grand-père de 150ans (bon j’avoue j’extrapole sur l’âge) décèdent.

Ce climat m’a amené à m’interroger sur le sens véritable des obsèques aujourd’hui. Car à moins d’une mauvaise analyse, les deuils sont en passe d’être le siège par excellence du m’as-tu vu africain. Petite vue panoramique des us et coutumes ayant cours à Douala dès l’annonce du décès. Lire la suite