Welcome to San Francisco

Hello !

J’espère que vous vous portez tous comme un charme. La grâce de Dieu m’accompagne en tout cas. Avant de vous entraîner dans mes petits constats de San Francisco (titre que j’ai volontairement évité de donner à ce billet), permettez-moi de vous présenter mes SINCÈRES excuses pour le long silence indépendant de ma volonté.

La seule leçon à tirer c’est que Dieu a un plan pour chacun d’entre nous. Ses voies sont insondables. Demandons-lui la force d’accepter ses décisions.

golden-gate-bridge

Je suis à San Francisco depuis mardi, local time. San Francisco est la 2e métropole la plus peuplée de l’Etat de Californie. Wikipédia en parle mieux que moi. Une invitation à un séminaire sur la santé sexuelle de reproduction (fruit de mes longues années de paire éducatrice) qui se déroulera du 25 août au 1er septembre prochain.En attendant donc le début des « hostivités », j’ai le temps de découvrir certaines réalités de la métropole et de dégager mes « petits constats ». Ils sont nés le long du trajet Ukiah – San Francisco long de 2 h 30.

Diamond lane

diamond-signe

Ce petit signe que vous voyez en noir là, c’est le symbole du diamand. La Diamond lane en Californie fait partie de la signalisation routière. Elle désigne la file sur laquelle ne peuvent rouler que les voitures transportant deux passagers et plus. Elle est présente en Californie et à New York. Selon les dires du conducteur, en temps de trafic, elle vous fait largement gagner du temps.

En bon curieux, vous vous demandez comment font-ils pour détecter les effractions ? La technologie !!!! I will be back later. A chaque fois que vous verrez un panneau semblable dans n’importe quel Etat du pays, sachez que vous êtes en face d’une Carpool. So be careful.

carpool

– Wineries

J’étais tellement absorbée par le décompte que j’en ai oublié de prendre des photos. J’espère me rattraper dans les jours à venir. Sachez néanmoins que 95 % du vin de la « Wine Vision 2020 » exporté par les Etats-Unis provient de Californie. Premièrement d’une métropole dénommée « Nappa Valley« , mondialement reconnue et ensuite dans la contrée de Mendocine. Des hectares et des hectares de grappes à vous couper le souffle. Ici, pour 10 dollars, votre palais a accès à tous les vins (au goûter) avant l’acte d’achat déclenché (ou pas).

une vue de mendocino

Une vue de Mendocino

THE Golden Gate Bridge

gg-bridge

Comment parler de CA, San Francisco sans évoquer le fameux Golden Gate Bridge ? Je ne vais pas revenir sur la définition donnée par Wikipédia.  L’histoire et moi…  Non. j’aimerais en parler, car il y a un détail qui a attiré mon attention et titillé ma curiosité : le FASTRAK.

fastrak

Ce petit boîtier que vous avez en visuel, c’est un récepteur connecté à des émetteurs fixés à je ne sais quelle partie du Golden Gate Bridge. A chaque fois qu’un conducteur passe le pont, dans le sens de l’entrée dans la ville de San Francisco, il émet un signal qui indique à la banque concernée que le client vient juste d’entre à San Francisco. La banque prélève alors, automatiquement, 6 dollars dans le compte concerné. Argent qui servira ensuite à la construction du pays. Et non, il n’est pas possible de contourner cette mesure. A moins d’avoir une voiture que vous garez de part et d’autre des entrées du pont.

Si vous ne disposez pas de récepteur, prédispositions normales d’un esprit retors, vous vous réveillez le lendemain avec une photo de votre voiture traversant le pont et une facture de 7 dollars dont l’échéance est fixée à 14 jours dès réception. En cas de non-respect de cette échéance, les 7 dollars se transforment en 21, 28, voire plus.

En d’autres termes, la soumission aux lois est capitale pour votre survie.  Car TOUT aux Etats-Unis est filmé. Quand je dis tout, je pèse mes mots c’est T O U T. Tout est informatisé aussi.

Chez nous en Afrique, vous vous tapez des files interminables pour vous acquitter des 500 francs Cfa dont la moitié entrera dans les poches du douanier véreux. Aux Etats-Unis vous entrez votre carte Visa et l’argent revient à l’Etat qui s’en sert pour renforcer le statut de pays de rêve dans lequel nous aspirons pour la plupart à aller.

Une vue du paysage

Une vue du paysage

Parce que sincèrement, quand je regarde de manière objective cette partie des Etats-Unis, je me rends compte que tout est question de volonté. Pendant que les dirigeants américains pensent, construisent et réalisent GRAND pour leur pays (San Francisco est en chantier), nos leaders pensent intestins comme la situation géographique de mon pays. Tout n’est pas dans les moyens mais dans les pensées. Till now, i decide to THINK BIG just as Ben Carson.

« T = Talents/time : Recognize them as gifts

H = Hope : for good things and be honest

I = Insight:  from people and good books

N = Nice : Be kind to all people

K = Knowledge : Recognize it as they key to living

B = Books : Read them actively

I = In-depth learning skills: Develop them

G = God : Never get too big for Him »

Cette dernière partie ne faisait pas partie des pensées originelles. Enfin, si. Mais pas dans ce billet.

Bref, si vous y faites un tour avant mon retour, je vous offrirai avec plaisir une de ces bières dénichées dans un restaurant cubain. D’ici là, je suis en exploration.

bières-restaurant-cubain

Shalom!

The following two tabs change content below.
tjatbass
Je me prénomme Gaelle et je vis au Cameroun. Je suis passionnée par les métiers de la communication depuis ma tendre enfance. J’ai été formée au journalisme, à l’animation radio et TV. Aux écoles d’ici (Université de Douala) et d’ailleurs (RFI, BBC, Rue 89). Mon blog est constitué d’articles, de reportages, de chroniques, de tous les styles journalistiques en fait. Selon les humeurs et selon les sujets rencontrés sur mon chemin.

3 réflexions sur “Welcome to San Francisco

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *