Là-bas les dons, ici l’abandon

Article : Là-bas les dons, ici l’abandon
8 avril 2013

Là-bas les dons, ici l’abandon

Je n’aime pas les hôpitaux ! Autant de fois que possible, j’ai toujours évité d’y aller. Samedi je n’avais pas le choix. J’étais dans un hôpital dont la sordide réputation n’est plus à faire –à se demander pourquoi les gens y vont toujours -, je n’en suis pas ressortie plus attendrie. Au contraire !

Le papa d’une de mes amis avait été victime d’un accident. M’ayant appelée en larmes, je débarque pour l’assister. Moralement ! Si j’ai été choqué par le fait qu’on ait abandonné son géniteur dans sa marre de sang en attendant l’ « ARGENT » au mépris de la vie humaine, base du serment d’hippocrate, j’ai vu rouge lorsqu’une cette dame, passée au stade SIDA, a été renvoyée rendre l’âme chez elle sous le regard résigné de sa famille. A son admission d’ailleurs, on l’a présenté comme « un malade de l’hôpital de jour ». Une étiquette dans cet hôpital qui, presque toujours anticipe en cas de gravité, votre passage dans l’au-delà.

Et là je me suis dit : quel contraste ! De vendredi à dimanche, TOUS les médias français, des présentateurs aux participants ont arboré de gaieté de cœur le ruban rouge, symbole de la lutte contre le VIH. Pour la récolte des dons servant à l’avancée de la recherche contre le VIH dans le cadre du week-end dit du SIDACTION (les résultats de la recherche c’est un autre débat). Un grand concert par-ci (que je suis énervée d’avoir manqué), des appels incessants à la générosité par là et au final, +de 25% de promesses de dons par rapport à l’année dernière, soit 5,1 millions d’euros, plus de trois milliards en CFA.

Ici, on n’a même pas à récolter (on n’en serait pas capable). On reçoit des dons (du Sidaction aussi) On nous assiste éternellement mais même cette assistance, on est incapables d’en être digne. Le seul acte de solidarité (et encore) c’est le 01er décembre. Un mauvais commerce de rubans gracieusement offerts à la base, portés par conformisme et non par conviction pour la plupart, tout comme tous les actes et toutes les politiques développés autour.

Là-bas c’est cet argent qui aide leurs malades. Dans le 13h de l’une des chaines, une dame témoignait. Son fils aujourd’hui âgé de 12ans, est né séronégatif d’un couple sérodiscordant*. Sérodiscordance, une notion encore floue pour la majorité de camerounais.

Ici, l’argent sert aux dirigeants et leurs proches. La preuve, les PVVIH* du pays ont passé plus d’un mois sans leurs ARV*. Au point ou si tu avais la chance d’obtenir une molécule, quelle que soit sa nature et bien que différente de celle prescrite pourvu qu’elle intervienne dans la trithérapie, il fallait seulement prendre. L’important étant de ne pas interrompre le traitement. Après on va dire que le VIH est résistant. La molécule conçue pour éradiquer le paludisme peut-elle soulager un mal d’estomac ? Hum ! La situation ne s’est rétablie que ce matin aux dernières nouvelles.

La raison officielle c’est qu’il n’y avait pas de médicaments au centre d’approvisionnement. – Merci à Médecins sans frontières qui a comblé l’absence grâce à leurs réserves -. Dans les coulisses, la quotte part financière du Cameroun serait entrée dans les « sissonghos* ». En sachant que les coulisses mènent à la scène,…  No comment !

Là-bas ils ont SIDACTION.  Le leitmotiv « Zéro nouvelle infection, Zéro discrimination, Zéro décès lié au VIH » des 5 prochaines années de l’ONUSIDA est respecté. Les malades sont soutenus.

Ici on a SIDABANDON. « Ils n’ont qu’à mourir » m’a d’ailleurs dit un ami samedi devant une table remplie de « blackes ». Une idée partagée par la plupart des familles dont les membres sont infectés. Les bilans thérapeutiques ne sont plus subventionnés. De 3000fcfa durant la subvention, ils s’élèvent aujourd’hui à 89 000fcfa au bas mot. Encore faut-il que tu n’aies pas de complications dues aux infections opportunistes.

Mais voilà. Je l’ai dit plus haut, il y a « là-bas » et « ici ». Là-bas c’est… là-bas. Et Ici c’est… ici.

Shalom !

Couple Sérodiscordant : Couple dans lequel un partenaire est sain et l’autre porteur du virus du VIH

PVVIH : Personne Vivant avec le Virus du VIH

ARV : Antirétroviral, classe de médicaments utilisée pour ralentir la multiplication du virus du VIH dans l’organisme

Sissonghos : Argot camerounais servant à dire qu’un individu ou un objet a pris la clé des champs

Partagez

Commentaires

bend evelyne
Répondre

merci G TJAT BASS.c'est t ce ke je peu dire; car je suis sure tu sais ce ke je pense j'adore cet article c'est tt

kohls wedding dress
Répondre

You actually make it seem so easy with your presentation but I find this topic to be actually something that I think I would never understand. It seems too complicated and extremely broad for me. I’m looking forward for your next post, I will try to get the hang of it!