« Saint-Tropez », mon must gastronomique à Yaoundé

Article : « Saint-Tropez », mon must gastronomique à Yaoundé
Étiquettes
18 septembre 2013

« Saint-Tropez », mon must gastronomique à Yaoundé

Lorsque tu vis à Douala, il est difficile de t’adapter ailleurs. Le rythme de vie, les habitants, les distractions te sont tellement familières dans leur désordre que l’ailleurs t’es étranger. Et à chaque fois que je me déplace pour la capitale politique, passée l’euphorie du voyage, mes craintes reprennent le dessus. Vais-je pouvoir me baigner ? Mais surtout, vais-je encore me doper au sulfate de sodium pour dégonfler mon ventre constipé à force de me nourrir à la boulangerie ?

Il y a deux mois j’ai eu la bonne idée d’élever mes craintes à voix haute. Bien m’en a pris. Les deux amis auxquels je me suis confiée m’ont recommandé un lieu sympa, selon eux. Le « Saint–Tropez ». Avec cette caractéristique principale, il faudra le trouver.

« Il se trouve juste après le restaurant Istanbul…. Enfin, ça dépend de ton point de départ ». J’avais mon point de repère. Le reste, mes talents de chef-guide ont fait la différence. Plus vite que Dora l’exploratrice, j’ai déchiffré l’énigme pour me retrouver à Saint-Tropez. Du moins, dans la côte d’Azur made in Kamer aménagée par Yvan Patrick. Pas des portes –la plage en a-t-elle ?-, deux entrées au nord et au sud pour rallier les 6 longues tables déjà occupées par plusieurs habitués, à en juger par leur connaissance des lieux et des serveurs.

Ce que j’ai aimé

La qualité du plat. Tant dans la forme, le fond que la consistance. Pour les 3 000 F Cfa déboursés, j’en ai eu pour mon compte. Et dire que je me targue la plupart du temps d’être une immense bouffeuse. J’ai cherché mon oreiller une fois dans les murs de ma chambre tant la panse était pleine.

Picture by Tjat Bass
Picture by Tjat Bass

La convivialité : Ici, pas de Seigneur et de valets séparés par un marque territoire. Vous êtes tous confondus.

La diversité des mets : Secs, bouillants, frits, secs, heuu « mouillés », ndolè, viande, poisson, … le plat est adapté à votre commande.

L’implication du patron : Il sert autant de sérieux que ses employés avec éternel slogan qu’il vous sort toutes les 5 minutes : « Saint-Tropez, le restaurant qui a pris le pouvoir. Hier aujourd’hui… ». Entre manger et retenir, le choix a été vite fait.

La disponibilité du menu : quel que soit le jour de la semaine, tu sais ce que tu vas trouver à manger à l’avance.

Copyrights Tjat Bass
Copyrights Tjat Bass

Ce que j’ai moins aimé

L’accès facile à l’espace cuisine : Vous assistez en direct à la confection de vos plats. Quand bien même un étal est dressé entre le coin cuisine, le parcours du poulet du sac du marché à votre table n’échappe pas à votre vigilance. J’aime manger mais une vision déplacée de son contexte peut m’ôter tout appétit.

Certains pourront relever l’étroitesse du lieu parmi les points à ôter mais à chacun son point de vue. J’y suis allée pour manger et après avoir tellement souffert pour trouver untel point, je ne changerai d’adresse pour rien au monde. Du moins, à chaque fois que j’irai à Yaoundé. Ne me demandez pas s’ils livrent à domicile s’il vous plaît. J’avais faim. J’ai noté ce qui était important pour mon ventre.

 Shalom!

Partagez

Commentaires

Candas
Répondre

Mdrrr ton ventre et toi une histoire d'amour sur l'estrade des menus du terroir. Superbe article j'ai aimé (salive à la Bouche) en tout cas nous savons maintenant ou aller pour se remplir la panse et chercher notre oreiller, même comme ta pas expliquer comment faire pour y arriver ! Lol

Bass
Répondre

Comme c'est écrit là. Point de repère, Restaurant Istambul. Après, tu demande les "tropiques"

Achille Kmel Mekontchou
Répondre

Bloguer ou marketer? tout réside dans la stratégie; ;) Hummmmmm ce billet sent une belle odeur de ...... (je n'ai rien djosss ohhhhhh) Pardon donne ma part seulement que sur ca. cool. j'aime ta plume!

Bass
Répondre

Aucune odeur Achille. Juste ce que je fais au quotidien.
Quand c'est bon, tu apprécie et tu le dis. Quand c'est moche, tu fais de même.

achille kmel mekontchou
Répondre

Oui Bass tu as sans doute rasion même si un artcile commandé n'aurait gêner personne tellement il est bien rédigé

serge
Répondre

beaucoup d'humour dans ton billet, je reconnais bien la touche camerounaise.

Bass
Répondre

Ehehehhe!!! Que crois-tu Serge? C'est pour celà qu'on ne peut pas résister ici. On nous tient par le ventre

Salma
Répondre

Gaelle, le petit plat ci t'a battu? hum pardon on y va quand?

Bass
Répondre

Laisse Mère. J'ai pris du temps pour l'achever. En même temps, quand tu es affamé, je crois que tes yeux rassasient ton ventre.

nathyk
Répondre

Miam le poisson là donne des enVies de meurtre. Moi je veux croquer ses yeux frits ;p