Mes 10 vérités sur New York

Article : Mes 10 vérités sur New York
Étiquettes
1 janvier 2014

Mes 10 vérités sur New York

Les vacances sont achevées. La vadrouille aussi. De retour chez nous, après une semaine passée au pays de Barack Obama en plein hiver, voici les 10 vérités que j’ai pu toucher du doigt durant mon séjour.

Statue de la liberté by Google
Statue de la liberté by Google

1. Ils ressemblent pas tous à Jay-z ou Beyonce. Loin de là.

Hé hé hééé. C’était la première question qui m’a été posée. Non. Les américains sont comme tout africain vivant au pays du blanc. Donc les mêmes défauts de dentition ou de goût, on les observe aussi chez eux. La seule différence? Il vivent à 20h de vol du Cameroun. Les vrais stars sont à Long Island, aux Hamptons ou dans un appartement bien à l’abri des regards. Je n’ai pas eu le temps d’aller les chercher là-bas.

2.  Ils sont vraiment accueillants.

Je ne sais pas ce qu’il en est des autres pays occidentaux mais New-York, c’est vraiment une expérience unique. Serait-ce l’effet de son statut de ville hautement touristique? Je n’en sais rien. Toujours est-il que du balayeur de rue au guichetier en passant par la réceptionniste de l’hôtel, tout le monde avait le sourire. Toujours disposé à secourir autrui. Je ne compte pas le nombre de feuilles de format A4  que l’hôtel a imprimé pour m’aider à retrouver mon chemin. Encore moins le nombre de passants qui se sont arrêtés pour m’aider malgré tout à retrouver mon chemin. Je n’ose même pas parler de Jennifer Gutierrez, la gentille mexicaine qui a mobilisé sa petite famille pendant deux heures de son temps à l’aéroport pour m’aider à arriver saine et sauve à l’hôtel.

3. Ils utilisent tous des smartphones, connectés!

Parce que tenez vous tranquille, un new yorkais se perd aussi a New York. Dans le taxi me menant au terminal numéro 1 de JFK, le taximan était connectée et recevait en temps réel les informations relatives au trafic dans Manhattan. Même à l’horizon 2035, je ne nous vois pas encore parvenir à une telle révolution.

4. C’est la ville des immigrés.

Tenancier marocain by Tjat Bass
Tenancier marocain by Tjat Bass

Portugais, portoricains, marocains, sénégalais, jamaïcains,… et j’en passe. Je parle bien sur de ceux que j’ai rencontré. Vous les retrouvez tous là-bas. Du coup, votre anglais balbutiant saupoudré d’un ton frimeur passe largement pour local. Mais des immigrés africains (ou noirs) fiers de retrouver les leurs et d’échanger avec eux sur ces lointaines contrées dont ils ne maîtrisent que ce que les médias veulent bien leur dire.

5.  Street, Avenue, East, West, Uptown, Downtown. The New-York map

Signalisation by Tjat Bass
Signalisation by Tjat Bass

Sans la maîtrise de ces six notions, vous serez éternellement perdu. Je me rappelle que la nuit de lundi 9 à mardi 10, j’ai du tourner en rond pendant 20 minutes par -1° de température parce que je n’avais pas levé la tête pour lire les indications largement mises en avant. Donc si vous vous rendez à NYC, pensez à bien maîtriser ces notions.

6. Le shopping, ça se fait en valise remplie de dollars.

Century 21 by Tjat Bass
Century 21 by Tjat Bass

Le meilleur en conseil  que je puisse vous donner c’est de ne JAMAIS prendre la 5th (5e) Avenue, quelle que soit soit la Street (rue) si vous n’avez pas l’intention de shopper (Droits d’auteur). A moins que vous soyez spécialiste du vol a l’étalage. Encore que.  Flagrances, chaussures, vêtements, accessoires… il y en pour toutes les marques, toutes les couleurs et surtout toutes les bourses. En bonne frimeuse, je m’y suis rendue avec ma bandoulière et mon porte feuille rempli de dollars. Après la 2e boutique, de vêtements, j’ai acheté la première valise rencontrée sur mon chemin.

7. Tout n’est pas donné comme l’ imagerie populaire africaine semble le penser.

Facture de repas by Tjat Bass
Facture de repas by Tjat Bass

J’avoue certains produits sont accessibles. Des appareils et accessoires électroniques en l’occurrence. Mais pour le reste, compter au moins 10 dollars pièce.  Hors taxes s’il vous plait. Parce que le piège de New-York, ce sont ces taxes. Depuis le repas. J’ai tellement pleuré les casiers de Guinness laissées au pays qu’à un moment j’ai renoncé a comprendre le système.  Je m’acquittais juste de mes frais et assaiyais de survivre.

8. Le taxi cab, c’est le vrai luxe de NY.

Compteur de taxi by Tjat Bass
Compteur de taxi by Tjat Bass

Vous êtes facturé au mètre parcouru. Du moins, je crois. Et avec celà, il faut compter 3 dollars de pourboire. A mon arrivée, le taxi driver m’a coupé 5 précieux dollars. Durant mon séjour, on m’a appris que les 3 dollars de pourboire étaient une ordonnance. Le taxi que j’ai par la suite pris, en bonne camerounaise j’ai donné un dollar. Quoi? Il fallait équilibrer la balance.

9. Le travail est aussi une denrée rare

Chanteurs de métro by Tjat Bass
Chanteurs de métro by Tjat Bass

Je comprends nos chères stars qui, sorties du pays, deviennent plongeurs, gardiens d’immeubles ou même encore font la manche pour y survivre. Donc ne rêvez pas. A moins que vos rêves d’avenir se limitent à « Je vis aux Etat-Unis ». Si tu viens d’Afrique, aies une compétence avérée à laquelle tu joindras une bonne dose d’efforts et de sacrifices. J’ai rencontré un musicien réceptionniste à mon hôtel. Si tu n’as pas le coeur, reste boire ton vin au pays ou rentre au village cultiver la terre.

10. Épousons nos frères noirs et restons tranquilles.

Les américains (ou occidentaux) ne se ramassent pas comme des petits pains. Mes copines qui voulaient leur part la, excusez moi pardon. Je n’en ai pas trouvé. Transformez vos répétitions de mariage en acte réel. Et respectez celles qui rentrent ici avec un gars de sa génération issue de là-bas. Parce qu’elle aura vraiment travaillé le gars au corps pour qu’il l’épouse. Les vieux vicieux, squatteurs de chambres de 9m2 pillulent sur la toile tandis que les bons sont tellement occupés à gagner leur vie qu’à peine une minute se libère, ils la consacrent à leur famille bâtie depuis les bancs du lycée.

je ne vous parle pas de l’impressionnante vie souterraine de New-York, des fast-food, du quartier général de l’ONU, de Century 21, de Macy’s, de H&M, de Payless, de Broadway et de toutes les merveilles que j’ai pu découvrir. Ah oui, la neige aussi. Des souvenirs heureux qui me permettront de franchir le cap de 2014 avec douceur et sérénité. Ce que je vous souhaite à tous.

Meilleurs voeux by Tjat Bass
Meilleurs voeux by Tjat Bass

D’ici à mon prochain billet, recevez mes voeux de bonheur, de santé, de prospérité, d’amour et surtout d’argent, ou que vous soyez.

BONNE ANNEE 2014.

Shalom!

Partagez

Commentaires

serge
Répondre

le point 4 est la réponse au point 4, c'est parce que 60 % des habitants de NY viennent d'ailleurs qu'ils sont aussi acceuillant.
Street, Avenue, East, West, Uptown, Downtown. The New-York map, trÈs intéressant, chaque ville à sa codification. Brasília par exemple, les quartiers n'ont pas de noms, c'est de A à Z... :)
je n'ai pas pu m'empêcher de rire sur ton dernier commentaire sur le travail et le mariage, c'est tout vrai, il faut aussi bcp de chance pour rencontrer la bonne personne. Quand au travail, il me semble que la seule possibilité d'ascension soit l'école... le reste... loterie!

Bass
Répondre

Loool Serge. C'est un jeune camerounaise, talentueux, mais qui pourtant souhaite partir en aventure qui m'a incité à publier ce billet. Prêt depuis des semaines.

nathyk
Répondre

Ce post est tellement marrant. Je me suis amusée... joli rapport.

Bass
Répondre

Pourtant la stricte vérité.
Tks Nat. Happy to hear you again

evy
Répondre

ahh bcp de gens pense ke partir c'est la solution.merci d'etre revenue avec une si belle experience .merci pour l'histoire bn a savoir.....................;

Bass
Répondre

Lool
Toujours dire la vérité afin que chacun fasse ses choix à ses risques et périls.

Emile Bela
Répondre

J'étais à New York en Août 2013 et je pu confirmer que tu fais une description d'une rare exactitude!
Excellent billet!!

Bass
Répondre

Merci Emile.
Long time. How are you?

jacky
Répondre

Hum très contente de lire un aussi beau résumé de ton expérience a NY merci de nous avoir fait partager ton expérience. Il ya bocou de vérités je kiff

Bass
Répondre

Thanks Jacky. N'hésite pas à envoyer un mail si tu as une expérience à faire partager. Je me ferai un plaisir de la publier.
Au plaisir de te lire