En route pour la « Decima »

Article : En route pour la « Decima »
23 mai 2014

En route pour la « Decima »

Le 17 mai se jouait l’épilogue de la Liga opposant le Fc Barcelone à l’Athlético Madrid. Seule une victoire sacrait le premier, le second pouvait se contenter d’un match nul.
Je suis Madrilène  depuis 2000, année de ma rencontre avec la  Champions League sur les écrans cathodiques bichromés d’Okola.  Entre mon intérêt pour CR7 et le départ rocambolesque de Samuel Eto’o du Barca, mon choix était vite fait. Des deux maux, j’ai choisi le moindre. Hors de question de manquer la suite de mon feuilleton surnommé «Adios Barca ».
Copyrights, Réal Madrid
Copyrights, Réal Madrid

A 16h30, je cale mes vertèbres sur les oreillers de mon lit. Les yeux sur Be In Sports, zappette dans une main, smatphone dans l’autre, prête à « gazouiller » au moindre fait marquant.
Le stade est plein à craquer.  Les 99 354 places du Nou Camp parées aux couleurs blaugrana m’en mettent plein la vue. C’était IMPRESSIONNANT. Du haut de mon lit, la pression monte. Je n’ose imaginer celle des 22 acteurs sur le terrain. Un match couperet qui démarre à 17h02, GMT+1.
Le « petit poucet » donne domine les débats d’entrée de jeu. Il faut toute l’adresse de l’arrière-garde barcelonaise pour enrayer les velléités colchoneras. Et puis, à la 15e minute, stupeur dans les rangs madrilènes. Sur une contre-attaque, Diego Costa, le « Killer » de l’équipe stoppe sa course et s’allonge :blessure au biceps fémoral de la cuisse droite. 18e minute, Ardan Turan le suit sur le banc de touche.
Un parfum de roussi inonde mon odorat. Ces scénari, face au Barca, la suite n’augure souvent rien de bon. Quel que soit l’adversaire.
La matérialisation ne se fait pas attendre. Les cris des voisins, véritables disciples visuels du Barça annoncent le but quelques secondes avant que je ne le vive sur mon écran.  Décalage dans la réception du signal. A quoi est-ce du? 32e minute, Messi trouve Fabregas à la gauche du but madrilène, en embuscade, Alexis Sanxhez déclenche un missile qui file se loger dans la lucarne de Thibaut Courtois. Angle fermé gardien costaud, il faut le faire. J’ai salué le but. Certainement pas le siège du Barca les minutes d’après. Juste avant que mes « guerriers » ne retrouvent de leur superbe et nous servent une excellente fin de première période.
Je me suis interrogée sur le discours de Diego Simeone à la mi-temps. Mais je crois qu’à ces moments, les mots seraient quasiment les mêmes : « Ce but là, celui de Sanxhez il aurait été difficile à parer. Mais ces dernières 45 minutes sont à nous. Nous avons les moyens de remporter cette rencontre. On ne peut pas dominer le meilleur championnat du monde sur la ligne droite et se faire arracher le trophée sur le fil. Le Réal c’est dans une semaine mais pour l’instant, et seulement pour l’instant, l’ennemi se nomme Barcelone et VOUS pouvez le faire ». Alors, vous m’embauchez ?
Car 4 minutes seulement après la reprise, Godin envoie de la tête la balle valser dans les filets de Pinto. A ce moment là, j’ai su que rien ne pourrait plus changer le cours de la rencontre. L’Athlético serait champion. Le but de Messi à la 63e refusé par la suite pour hors-jeu n’a en rien altéré mon optimisme. Et face au collectif solidaire de l’athlético, je suis partagée dans mes pronostics de la finale le 24 mai au stade de Lisbonne. Mais comme nous sommes au Portugal, pays de QUI vous savez, il y a de fortes chances pour que la « Decima » soit en route.
Copyright Real Madrid
Copyright Real Madrid
Shalom !
 
Partagez

Commentaires

mareklloyd
Répondre

On l'a eu la décima